web site hit counter Flic: Un journaliste a infiltré la police (NON FICTION) - Ebooks PDF Online
Hot Best Seller

Flic: Un journaliste a infiltré la police (NON FICTION)

Availability: Ready to download


Compare

30 review for Flic: Un journaliste a infiltré la police (NON FICTION)

  1. 4 out of 5

    Mina

    Je ferme ce livre et je suis en colère. Ca fait deux fois que je lis des bouquins "d'immersion" écrit par des journalistes jeunes blancs cisgenres et hétéro (l'autre c'est "Judy, Lola, Sofia et moi" de Robin D'Angelo). Dès la préface je suis dégoûtée, parce que des auteurs - et une (1 !) autrice - en immersion sont cités, et rien sur le bouquin "Le Quai de Ouistreham" de Florence Aubenas (je suis pas spécialiste mais ce bouquin il m'a marquée) : pourquoi ? C'est pas immersif le ménage ? C'est pa Je ferme ce livre et je suis en colère. Ca fait deux fois que je lis des bouquins "d'immersion" écrit par des journalistes jeunes blancs cisgenres et hétéro (l'autre c'est "Judy, Lola, Sofia et moi" de Robin D'Angelo). Dès la préface je suis dégoûtée, parce que des auteurs - et une (1 !) autrice - en immersion sont cités, et rien sur le bouquin "Le Quai de Ouistreham" de Florence Aubenas (je suis pas spécialiste mais ce bouquin il m'a marquée) : pourquoi ? C'est pas immersif le ménage ? C'est pas neutre une femme ? BREF. Je ne comprends pas pourquoi ce point de vue, mix de vie perso (qu'est-ce qu'on s'en fout de la taille de ses biceps, du fait qu'il nique pas) et de cette immersion franchement dégueulasse, de la même manière que dans le bouquin de D'Angelo. On se retrouve à lire l'amitié de l'auteur avec les pires connards, dans le plus grand des calmes. En fait il y a suffisamment de témoignages de victimes, de flics minorisé.e.s et/ou sexisé.e.s, pour ne pas avoir cette version-là. Ce type se permet, sous son vrai nom, de ne pas porter assistance à personne en danger, de faire de faux témoignages, de se taire tout simplement. Mais stop ça va trop loin. J'avais pas besoin de ce bouquin pour détester la police en tant qu'institution raciste sexiste violente, et comprendre en même temps (et oui je suis multitâche comme une bonne femme) que les policier.e.s sont des personnes avec des galères des difficultés etc. Mais OH SURPRISE c'est que des blanc.he.s ! Epargnez-vous cette lecture, écoutez plutôt les podcasts "Gardien de la paix", "Justice pour Adama", "Sans blanc de rien, "Kiffe ta race", lisez Rokhaya Diallo, Françoise Vergès, regardez les 3 émissions "Décolonisation" sur arte. Les sources ne manquent pas, l'internet est à vous. Mais pas ce témoignage de lâcheté. On n'avait pas besoin d'un flic blanc qui ferme sa gueule supplémentaire. Anecdote personnelle : je suis allée témoigner sur demande dans le comico du bouquin, j'y suis restée 20mn max, et pendant que je donnais mon témoignage, j'ai entendu un flic dans les couloirs qui gueulait "Putain j'ai envie de me faire sucer moi !". C'est ça la police française, des types qui se croient tout permis, partout, tout le temps, avec des armes et couverts par tout un système d'impunité hyper opaque. Oh tiens il est 13h12 je vais me faire une tisane.

  2. 5 out of 5

    Jeannot

    Je ne vais pas donner de note à ce livre car c'est assez difficile honnêtement. Même si le travail accompli est assez dingue, je crois que j'ai un peu de mal avec la démarche. C'est un livre qui se lit très vite, mais on a parfois presque plutôt l'impression de lire un polar, et ce mélange de genres me brusque un peu. Je ne sais pas si c'était le meilleur moyen de montrer les dysfonctionnements de la police, je crois que j'aurais aimé plutôt entendre parler des victimes et des concernés. Je ress Je ne vais pas donner de note à ce livre car c'est assez difficile honnêtement. Même si le travail accompli est assez dingue, je crois que j'ai un peu de mal avec la démarche. C'est un livre qui se lit très vite, mais on a parfois presque plutôt l'impression de lire un polar, et ce mélange de genres me brusque un peu. Je ne sais pas si c'était le meilleur moyen de montrer les dysfonctionnements de la police, je crois que j'aurais aimé plutôt entendre parler des victimes et des concernés. Je ressors de ce livre avec un goût amer, comme son auteur.

  3. 4 out of 5

    Marion Ottaviani

    2,5/5 Après avoir longuement hésité entre un 2 et un 3, j'ai décidé de donner la moyenne à ce livre. Journaliste spécialisé dans ce type d'enquête, Valentin Gendrot y raconte son infiltration de deux ans dans un commissariat du 19e arrondissement à Paris, entre violences quotidiennes, machisme et remarques racistes. Au fur et à mesure que le temps passe, il commence à dépasser sa mission première pour se faire accepter du groupe et faire ses preuves (c'est ce qu'il appelle son "syndrome du bon él 2,5/5 Après avoir longuement hésité entre un 2 et un 3, j'ai décidé de donner la moyenne à ce livre. Journaliste spécialisé dans ce type d'enquête, Valentin Gendrot y raconte son infiltration de deux ans dans un commissariat du 19e arrondissement à Paris, entre violences quotidiennes, machisme et remarques racistes. Au fur et à mesure que le temps passe, il commence à dépasser sa mission première pour se faire accepter du groupe et faire ses preuves (c'est ce qu'il appelle son "syndrome du bon élève"). Je suis vraiment partagée. D'un côté, j'ai trouvé ce regard de l'intérieur intéressant par moments, la narration plutôt bien construite et le récit rapide à lire. De l'autre, la démarche de l'auteur ne m'a pas semblé aboutie, car je n'ai pas appris grand-chose de nouveau. J'ai parfois eu l'impression qu'il enfonçait des portes ouvertes, en "découvrant" certaines réalités qui sont pourtant omniprésentes dans les médias (il suffit d'une simple recherche Google pour s'en rendre compte). Tout le monde a déjà entendu ces noms : Théodore Luhaka, Adama Traoré, Cédric Chouviat. Les faits nous sautent aux yeux depuis des années. Mon problème vient également de ses choix, qui deviennent de plus en plus discutables au fil des pages. Ainsi, il contribue à camoufler le passage à tabac d'un jeune garçon de 16 ans par l'un de ses collègues en mentant dans un procès-verbal. À un autre moment, il observe un membre de sa brigade tabasser un migrant et le relâcher dans la nature sans intervenir. Lui-même essaie de justifier, de rationaliser ces décisions, mais le fait est qu'il reste peu convaincant et se rend, par la force des choses, complice du système qu'il veut dénoncer. Cette posture pour le moins ambiguë m'a vraiment posé problème tout le long du récit. Malgré les soucis que j'ai rencontrés, ce livre pourra peut-être servir de piqûre de rappel aux personnes qui doutent encore de l'existence des violences policières en France. Il soulève des questions sur le rôle de la répression et des prisons dans notre société, que j'aimerais beaucoup approfondir dans d'autres ouvrages.

  4. 5 out of 5

    Blanche

    Un peu mitigée. Il y a un vrai travail de journaliste, une infiltration assez impressionnante et des sacrifices personnels flagrants. De plus, c'est un livre qui se lit bien, l'écriture est fluide et agréable. Malheureusement, je suis restée bloquée sur ma question initiale "l'infiltration justifie-t-elle de laisser son éthique personnelle de côté ?". Si le livre rend compte d'un malaise dans la police et chez les policiers, j'ai vraiment eu du mal avec certains passages de l'enquête. La violenc Un peu mitigée. Il y a un vrai travail de journaliste, une infiltration assez impressionnante et des sacrifices personnels flagrants. De plus, c'est un livre qui se lit bien, l'écriture est fluide et agréable. Malheureusement, je suis restée bloquée sur ma question initiale "l'infiltration justifie-t-elle de laisser son éthique personnelle de côté ?". Si le livre rend compte d'un malaise dans la police et chez les policiers, j'ai vraiment eu du mal avec certains passages de l'enquête. La violence de l'institution policière est connue depuis quelques années maintenant, et ce n'est pas une surprise de savoir que certains flics sont racistes, violents, misogynes. C'est cependant assez difficile de lire la retranscription d'un mineur qui se fait tabasser par des flics, juste parce qu'il a ouvert sa gueule. Je pense que cette enquête est efficace pour sensibiliser des gens qui ne le seraient pas encore à la question des violences policières. Pour celles et ceux qui sont déjà au courant, qui lisent des articles, écoutent des podcasts, ça peut vite être une redite violente et difficile à lire. (Edit : j'ai noté ce livre, mais ça ne veut pas dire grand chose)

  5. 4 out of 5

    Laurianne

    "Je deviens un flic comme les autres, insensible et désabusé." Malheureusement, j'ai bien peur que ce soit ce qu'il s'est passé. Noter ce livre m'est difficile car que note-t-on la démarche ou le livre ? La démarche m'a paru très intéressante au premier abord. Pourtant très vite, face aux violences, aux acharnements et aux humiliations quotidiennes auxquelles Valentin Gendrot assiste impassiblement, je me demande s'il ne s'est pas pris à son propre jeu. Si je peux comprendre les enjeux de l'infilt "Je deviens un flic comme les autres, insensible et désabusé." Malheureusement, j'ai bien peur que ce soit ce qu'il s'est passé. Noter ce livre m'est difficile car que note-t-on la démarche ou le livre ? La démarche m'a paru très intéressante au premier abord. Pourtant très vite, face aux violences, aux acharnements et aux humiliations quotidiennes auxquelles Valentin Gendrot assiste impassiblement, je me demande s'il ne s'est pas pris à son propre jeu. Si je peux comprendre les enjeux de l'infiltration, couvrir ces bavures et ces agressions sous prétexte de craindre de se "faire traiter de balance dans tout le commissariat" et de "prioriser [sa] place d'insider" ne vaut pas mieux que de les commettre. Quant au livre en lui-même, je n'ai pas bien compris son principe. Le récit, s'il a l'avantage de se lire de façon fluide, a le défaut de se confondre avec le genre du roman et d'atténuer les violences racontées. Qui est le garçon de 16 ans roué de coups pour avoir écouté de la musique ? Quel est son prénom ? Que lui est-il arrivé ensuite ? En garde-t-il des séquelles ? On ne voit jamais les victimes, or, ce sont elles qui m'intéressent. Le récit du journaliste est égocentré. En plus de trouver des excuses à son comportement, son enquête se confond avec sa vie personnelle, on y apprend ses relations avec son père, ses dates, ses habitudes de consommations. Ce n'est pas pour connaître sa vie que j'ai lu ce livre. Bref, malgré le caractère inédit de l'infiltration, je n'ai pas appris grand chose et aucune information, à mes yeux, ne justifie son inaction face à de telles situations.

  6. 4 out of 5

    Samuel Babajee

    Je m'attendais a trouver un livre qui allait me faire reprocher à la police qu'elle était inhumaine mais (mal)heureusement ce qui surprend par ce livre c'est qu'on y voit la banalité des policiers qui subissent et agissent de manière totalement et pleinement stupide, corrompue, bonhomme. Mais la ou je pense que Flic était un livre éclairant c'est parce que l'auteur y raconte les concessions et les compromissions de son investigation. D'ailleurs même si l'auteur décrit les inégalités et les injus Je m'attendais a trouver un livre qui allait me faire reprocher à la police qu'elle était inhumaine mais (mal)heureusement ce qui surprend par ce livre c'est qu'on y voit la banalité des policiers qui subissent et agissent de manière totalement et pleinement stupide, corrompue, bonhomme. Mais la ou je pense que Flic était un livre éclairant c'est parce que l'auteur y raconte les concessions et les compromissions de son investigation. D'ailleurs même si l'auteur décrit les inégalités et les injustices de la police, cette dernière est dépeinte de manière humaine et il y a une grande empathie (non justifiée ou pas) pour ces hommes bloqués par une institution, un passé, une quotidienneté. Au final les gens subissant ces inégalités sont des gens depersonnifiés, ce sont des images (un Indien, un modou, un guinéen etc) qui sont pris dans des systèmes à une facette. Et ce qui rend le regard de l'auteur captivant est l'expression de son dégoût face à sa propre complicité.

  7. 5 out of 5

    sn•kl

    Très rapide et facile à lire (d’où les 2 étoiles) La banalité prend vite sa place dans le récit et dans l’infiltration du journaliste... Je m’attendais peut-être à des chapitres plus durs et plus révoltant Rien de surprenant dans les faits et gestes de certains de ces anciens collègues quand on s’intéresse déjà un peu au sujet ou que l’on suit les informations autres que sur BFMTV. Des personnes qui se prennent pour des cowboys à cause d’un Tonfa accroché à leur ceinture ... A titre très personnel Très rapide et facile à lire (d’où les 2 étoiles) La banalité prend vite sa place dans le récit et dans l’infiltration du journaliste... Je m’attendais peut-être à des chapitres plus durs et plus révoltant Rien de surprenant dans les faits et gestes de certains de ces anciens collègues quand on s’intéresse déjà un peu au sujet ou que l’on suit les informations autres que sur BFMTV. Des personnes qui se prennent pour des cowboys à cause d’un Tonfa accroché à leur ceinture ... A titre très personnel j’aurai aimé en apprendre plus, j’ai trouvé la recherche (statistiques etc...) un peu bâclée, une sorte de journal sans grande conviction, je ne doute pas de la difficulté à se faire passer pour une personne que l’on est pas ou que l’on ne veut pas être mais je suis un peu restée sur ma faim tout de même Je vais plutôt aller lire les livres de Mathieu Rigouste

  8. 5 out of 5

    Ilian Beau

    Uen description très interresante de l'état de la police française. Loin d'une critique subjective, les nombreuses introspections du protagoniste nous invite à reflechir sur la question des violences policières. Uen description très interresante de l'état de la police française. Loin d'une critique subjective, les nombreuses introspections du protagoniste nous invite à reflechir sur la question des violences policières.

  9. 5 out of 5

    Julien Suck

    Excellent livre sur les conditions de travail des flics en France. Entre chocs et peines, cette infiltration donne des événements brutes.

  10. 4 out of 5

    Etoile Livresque

    Bonne lecture, difficile à noter, en soit. Je n’y mets que trois étoiles car je trouve que nous n’apprenons finalement pas tant de choses.... il y a une confirmation des archétypes qu’on peut se faire des flics mais rien de « nouveau » à mon sens. J’ai tout de même aimé l’ambivalence du point de vue de Valentin : à la fois il critique les actes de certains, tout en relevant le taux de suicide dans ce métier / les difficultés du poste / mais aussi le fait que par manque d’effectif, on ne prend mê Bonne lecture, difficile à noter, en soit. Je n’y mets que trois étoiles car je trouve que nous n’apprenons finalement pas tant de choses.... il y a une confirmation des archétypes qu’on peut se faire des flics mais rien de « nouveau » à mon sens. J’ai tout de même aimé l’ambivalence du point de vue de Valentin : à la fois il critique les actes de certains, tout en relevant le taux de suicide dans ce métier / les difficultés du poste / mais aussi le fait que par manque d’effectif, on ne prend même pas les personnes en fonction de leur moralité alors que la police est censée incarner une certaine morale. C’est bien écrit mais ça ne casse pas non plus trois pattes à un canard à mon sens, et puis ça se lit super vite

  11. 5 out of 5

    Julie Kasinski

    Une immersion qui pose les bonnes questions Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en lisant les premières pages du livre de Valentin Gendrot. Je redoutais une immersion qui s'apparenterait presque à une sorte d'émission de second plan en mode "Vis ma vie de flic", se concentrant davantage sur l'infiltration en elle-même que sur le véritable milieu de la police. C'est bien ce milieu que l'on "découvre" (je mets le mot découvrir entre guillemets, car pour bien d'entres nous les révélations de ce l Une immersion qui pose les bonnes questions Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en lisant les premières pages du livre de Valentin Gendrot. Je redoutais une immersion qui s'apparenterait presque à une sorte d'émission de second plan en mode "Vis ma vie de flic", se concentrant davantage sur l'infiltration en elle-même que sur le véritable milieu de la police. C'est bien ce milieu que l'on "découvre" (je mets le mot découvrir entre guillemets, car pour bien d'entres nous les révélations de ce livre sur la police ne sont pas une découverte, mais une confirmation), au travers des yeux de l'auteur. On est loin de l'image romancé du bon flic qu'on voit dans les films du dimanche. On voit plutôt celle que l'on dénonce depuis ces dernières années: formation "low-cost", loi du silence face aux bavures policières, présomption de culpabilité vis-à-vis d'une population à majorité jeune, masculine et de couleur, déshumanisation de cette partie de la population, mais également précarité des conditions de travail et sur-suicide. Ce livre me pousse à m'interroger davantage: qui est vraiment responsable? Ces policiers à qui l'ont apprend à peine le code de déontologie? Leurs formateurs? La hiérarchie qui ferme les yeux? Leurs conditions de travail, leur salaire ou l'absence d'actions réelles face au suicide des policiers? Ou simplement le racisme et la violence qui sont totalement acceptés dans la culture policière? C'est le phénomène de déshumanisation qui m'a vraiment marqué. Quand est-ce que la ligne a été franchie? A-t-il toujours existé dans la police? Cette perception mêle insidieusement une présomption de culpabilité et une déshumanisation. Un « bâtard », dans l’inconscient de certains policiers du 19e arrondissement, ne mérite ni « exemplarité » ni « impartialité », bref ne mérite pas le respect. Et cela ne dépend pas de ce qu’il a fait, cela dépend de ce qu’il est. Une fois cette déshumanisation établie, tout devient justifiable, comme le fait de tabasser un adolescent ou un migrant. L'ouvrage finalement nous interroge également sur la méthode de Valentin Gendrot. Et là aussi j'ai mille questions: l'infiltration ne va-t-elle pas en elle-même à l'encontre de la déontologie journalistique? Lorsque Valentin ne dénonce pas une bavure policière "pour pouvoir en dénoncer mille" ne va-t-il pas trop loin pour son livre? Comment ses anciens collègues ont-ils réagi à la publication du livre? Si vous cherchez des réponses tranchées, vous ne les obtiendrez pas avec ce livre. En revanche, il pousse à la réflexion. Et c'est ce que j'ai apprécié dans cet ouvrage: il pose les bonnes questions à un moment où chacun d'entre nous devrait se les poser et chercher également, en nous, quelle est notre part de responsabilité.

  12. 4 out of 5

    Neil

    Avec toutes les histoires de violences policières qu’on entend dans les journaux et ce que je vois de mes propres yeux pendant les manifs, j’ai pris ce livre de la bibliothèque pour essayer de comprendre comment on en est arrivé là. Je me retrouve avec un récit qui est bien écrit et se lit très vite. Par contre, je ne suis pas sûr que le travail soit bien accompli. L’auteur semble se vanter d’être le premier à avoir infiltré la police, ce qui donne l’impression que son intérêt était plus d’avoir Avec toutes les histoires de violences policières qu’on entend dans les journaux et ce que je vois de mes propres yeux pendant les manifs, j’ai pris ce livre de la bibliothèque pour essayer de comprendre comment on en est arrivé là. Je me retrouve avec un récit qui est bien écrit et se lit très vite. Par contre, je ne suis pas sûr que le travail soit bien accompli. L’auteur semble se vanter d’être le premier à avoir infiltré la police, ce qui donne l’impression que son intérêt était plus d’avoir ce prestige que de faire une vraie lutte contre les injustices. Je suis d’accord avec les autres commentaires que cette infiltration n’était peut-être pas vraiment nécessaire pour raconter la violence policière, et il aurait été plus intéressant d’interviewer des victimes et collectionner leurs témoinages. Ça aurait évité de gros problèmes au niveau moral que l’infiltration implique. Par exemple, l’auteur détaille une histoire où il est témoin d’un collègue qui tabasse un gamin innocent sans provocation et qu’ensuite le gamin porte plainte. L’auteur finit par mentir pendant son audition pour aider son collègue à cacher la bavure. L’auteur s’excuse de cette conduite douteuse en disant que s’il arrive à avoir la confiance de ses collègues il peut dénoncer encore plus de bavures. Mais finalement il n’en raconte pas beaucoup plus, il donne juste une image de violence quotidienne sans trop entrer dans les détails. En plus, il n’est resté que 4 mois dans ce poste et ne semble pas avoir besoin de construire beaucoup de confiance en ses collègues pour témoigner les violences, qui semblent juste être partout. Je suis un peu perplexe du fait que l’auteur a investi deux ans de sa vie pour préparer ce livre et a fini avec un récit qui semble être écrit vite fait. Je me demande s’il pouvait en écrire un deuxième livre pour entrer plus dans les détails de l’expérience, ou raconter la suite de ce qui s’est passé aux victimes.

  13. 5 out of 5

    Marianne

    Je suis complètement passée à côté de la sortie de ce livre en Septembre ! J'en ai entendu parler en début de semaine, je l'ai commandé et lu d'une traite une fois reçu. J'ai adoré. 👮‍♂️ Journaliste et habitué aux infiltrations dans différentes institutions (comme Lidl), V Gendrot décide d'infiltrer la police. Pour cela, il s'inscrit aux concours nationaux, fait 3 mois de formation à St-Malo, puis exerce 18 mois à Paris (une douzaine de mois 'chez les fous', puis un peu moins de 6 mois au commiss Je suis complètement passée à côté de la sortie de ce livre en Septembre ! J'en ai entendu parler en début de semaine, je l'ai commandé et lu d'une traite une fois reçu. J'ai adoré. 👮‍♂️ Journaliste et habitué aux infiltrations dans différentes institutions (comme Lidl), V Gendrot décide d'infiltrer la police. Pour cela, il s'inscrit aux concours nationaux, fait 3 mois de formation à St-Malo, puis exerce 18 mois à Paris (une douzaine de mois 'chez les fous', puis un peu moins de 6 mois au commissariat du 19è), dans la fonction d'ADS (adjoint de sécurité). 🔫 Il décrit les scènes dont il est témoin, la violence et le racisme qui font parti du quotidien, mais également le suicide d'un collègue, le mal-être généralisé. 📚 Un livre à lire ! Et qui fait assez écho à la série Engranages, dont je regarde la saison 8 en ce moment !

  14. 5 out of 5

    Dhia Bousselmi ( ضياء بوسالمي )

    L’infiltration de Valentin Gendrot au sein de la police nous mène dans un quotidien très violent et nous dévoile le côté sombre et raciste d’une bonne partie des policiers. Ce qui m’a surpris dans ce livre, c’est la facilité avec laquelle le journaliste a réussi le concours d’entrée, et ce qui choque encore plus, c’est la formation bâclée pour des gens qui sont censés protéger les citoyens et porter des armes.

  15. 5 out of 5

    Gribouille

    Je ne savais pas trop quelle note mettre à ce livre. D’un côté, je pense vraiment qu’il peut apporter quelque chose à la compression du quotidien des policiers et leurs problématiques. Mais, la passivité de l’auteur me fait vraiment mal. Il assiste, sans intervenir , à des scènes d’une violence difficilement soutenable et choisi de ne rien faire. En même temps, on peut comprendre qu’il finit par se sentir comme un « vrai » policier, et donc suivre leurs habitudes et pratiques.

  16. 4 out of 5

    Marie Depraz

    Honnêtement je ne sais pas trop quoi en penser. Ce livre est très bon et c’est un excellent témoignage qui vient de l’intérieur mais je le trouve incomplet. J’aurai aimé que l’auteur parle plus de l’IGPN pour commencer et qu’il y ai une deuxième partie par exemple qui est du point de vu des victimes. Je trouve aussi que l’auteur essaye un peu trop de se dédouaner des actes qu’il a commis qui restent grave malgré ce livre. J’ai cependant appris beaucoup de chose donc je recommande.

  17. 5 out of 5

    Doireann O'B

    Decent book but probably could've been shorter or a long read article as the stuff about his personal life is a bit whatever, and he also recounts some very banal stuff to just kind of flesh out the book. It was definitely interesting to see a bit more what happens behind the scenes and how the police are trained etc. Decent book but probably could've been shorter or a long read article as the stuff about his personal life is a bit whatever, and he also recounts some very banal stuff to just kind of flesh out the book. It was definitely interesting to see a bit more what happens behind the scenes and how the police are trained etc.

  18. 5 out of 5

    Léna

    Ce bouquin se lit très facilement. On suit l’infiltration de Valentin et on comprend rapidement comment se passe la vie du commissariat du 19e. J’ai trouvé très intéressant de découvrir ça de l’intérieur. Les confidences de Valentin nous permet aussi de comprendre qu’il est difficile de ne pas faire comme les autres. Super livre

  19. 4 out of 5

    Loris Corat

    Entrer dans la police. Très simplement par une formation de trois mois, en infiltration pendant 6 mois dans un commissariat. Pas d’aventures extraordinaires, d’enquêtes impossibles, d’affaires exaltantes. Juste la vie des flics aux quotidiens. A lire pour tous les curieux et les fans de la série engrenages.

  20. 5 out of 5

    Lucie Larrinaga

    Malgré une belle écriture le livre n'apporte pas de valeur ajoutée aux informations que nous avons déjà par les médias. De plus, l'auteur n'est pas tout à fait objectif et reste sur une seule et même position. Malgré une belle écriture le livre n'apporte pas de valeur ajoutée aux informations que nous avons déjà par les médias. De plus, l'auteur n'est pas tout à fait objectif et reste sur une seule et même position.

  21. 5 out of 5

    Michael Fort

    Édifiant, on se doute du drame qui se trame dans notre police, mais on s'étonne de la récurrence de la violence des bavures quotidiennes, du manque de moyens chronique des agents et d'une hiérarchie absente uniquement intéressée par les statistiques Édifiant, on se doute du drame qui se trame dans notre police, mais on s'étonne de la récurrence de la violence des bavures quotidiennes, du manque de moyens chronique des agents et d'une hiérarchie absente uniquement intéressée par les statistiques

  22. 4 out of 5

    Museelo

    J'avais une idée préconçue par rapport à ce livre mais fut surprise de voir qu'il n'était pas à charge contre la police. Certes, l'auteur étale des faits qu'on nous rabâche sur les médias, cependant il les étaye avec sa longue bibliographie. Ce fut quand même captivant de lire cette infiltration. J'avais une idée préconçue par rapport à ce livre mais fut surprise de voir qu'il n'était pas à charge contre la police. Certes, l'auteur étale des faits qu'on nous rabâche sur les médias, cependant il les étaye avec sa longue bibliographie. Ce fut quand même captivant de lire cette infiltration.

  23. 5 out of 5

    Lucille

    Je ne vais pas mettre d'étoiles pour ce livre. Je sais pas comment exprimer mon ressenti, i feel like c'est un livre important qui met en scène une réalité. Mais d'un autre je me suis senti gêné, mal à l'aise par certains moment et je n'adhère pas vraiment à la méthode de l'infiltration. Je ne vais pas mettre d'étoiles pour ce livre. Je sais pas comment exprimer mon ressenti, i feel like c'est un livre important qui met en scène une réalité. Mais d'un autre je me suis senti gêné, mal à l'aise par certains moment et je n'adhère pas vraiment à la méthode de l'infiltration.

  24. 5 out of 5

    Izzy Robb

    I read this book as part of a project I’m doing for University and it was great to get an insight on his experiences!

  25. 4 out of 5

    Kerrys

    Intéressant, permet de valider l'idée que j'avais de l'institution. Très descriptif peu d'analyse. A lire Intéressant, permet de valider l'idée que j'avais de l'institution. Très descriptif peu d'analyse. A lire

  26. 4 out of 5

    Rose Peillon

    Intéressant, mais pas aussi révélateur que promis. Ressemble parfois trop à un journal intime. Aurait bénéficié de + d'analyse et moins de "racontage". Intéressant, mais pas aussi révélateur que promis. Ressemble parfois trop à un journal intime. Aurait bénéficié de + d'analyse et moins de "racontage".

  27. 4 out of 5

    Vovka-Claire

    A lire. C’est révoltant et en même temps on comprend que le métier est difficile.

  28. 5 out of 5

    Julie Laurent

    Belle investigation, mais je reste un peu sur ma faim. Une fois qu'on a vu l'interview du journaliste sur Brut, on connaît le livre. Belle investigation, mais je reste un peu sur ma faim. Une fois qu'on a vu l'interview du journaliste sur Brut, on connaît le livre.

  29. 4 out of 5

    Caro_Cédric

    Intelligente et humble, cette immersion pointe du doigts les dysfonctionnements plutôt que les personnes. C’est accablant mais pas accusateur.

  30. 4 out of 5

    Lecteur Fouineur

    J'ai lu pour vous le premier chapitre afin que vous vous fassiez votre opinion. Retrouvez cet extrait sonore de quelques minutes afin de l'acheter ou l'emprunter en connaissance de cause. https://youtu.be/qZ_htrBOMRY J'ai lu pour vous le premier chapitre afin que vous vous fassiez votre opinion. Retrouvez cet extrait sonore de quelques minutes afin de l'acheter ou l'emprunter en connaissance de cause. https://youtu.be/qZ_htrBOMRY

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.