web site hit counter Le pays des autres - Ebooks PDF Online
Hot Best Seller

Le pays des autres

Availability: Ready to download

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s'installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de ségrégation coloniale s'applique avec rigueur. Amine récupère ses terres, rocailleuses i En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s'installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de ségrégation coloniale s'applique avec rigueur. Amine récupère ses terres, rocailleuses ingrates et commence alors une période très dure pour la famille. Mathilde accouche de deux enfants : Aïcha et Sélim. Au prix de nombreux sacrifices et vexations, Amine parvient à organiser son domaine, en s'alliant avec un médecin hongrois, Dragan Palosi, qui va devenir un ami très proche. Mathilde se sent étouffée par le climat rigoriste du Maroc, par sa solitude à la ferme, par la méfiance qu'elle inspire en tant qu'étrangère et par le manque d'argent. Les relations entre les colons et les indigènes sont très tendues, et Amine se trouve pris entre deux feux : marié à une Française, propriétaire terrien employant des ouvriers marocains, il est assimilé aux colons par les autochtones, et méprisé et humilié par les Français parce qu'il est marocain. Il est fier de sa femme, de son courage, de sa beauté particulière, de son fort tempérament, mais il en a honte aussi car elle ne fait pas preuve de la modestie ni de la soumission convenables. Aïcha grandit dans ce climat de violence, suivant l'éducation que lui prodiguent les Soeurs à Meknès, où elle fréquente des fillettes françaises issues de familles riches qui l'humilient. Selma, la soeur d'Amine, nourrit des rêves de liberté sans cesse brimés par les hommes qui l'entourent. Alors qu'Amine commence à récolter les fruits de son travail harassant, des émeutes éclatent, les plantations sont incendiées : le roman se clôt sur des scènes de violence inaugurant l'accès du pays à l'indépendance en 1956.


Compare

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s'installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de ségrégation coloniale s'applique avec rigueur. Amine récupère ses terres, rocailleuses i En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s'installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de ségrégation coloniale s'applique avec rigueur. Amine récupère ses terres, rocailleuses ingrates et commence alors une période très dure pour la famille. Mathilde accouche de deux enfants : Aïcha et Sélim. Au prix de nombreux sacrifices et vexations, Amine parvient à organiser son domaine, en s'alliant avec un médecin hongrois, Dragan Palosi, qui va devenir un ami très proche. Mathilde se sent étouffée par le climat rigoriste du Maroc, par sa solitude à la ferme, par la méfiance qu'elle inspire en tant qu'étrangère et par le manque d'argent. Les relations entre les colons et les indigènes sont très tendues, et Amine se trouve pris entre deux feux : marié à une Française, propriétaire terrien employant des ouvriers marocains, il est assimilé aux colons par les autochtones, et méprisé et humilié par les Français parce qu'il est marocain. Il est fier de sa femme, de son courage, de sa beauté particulière, de son fort tempérament, mais il en a honte aussi car elle ne fait pas preuve de la modestie ni de la soumission convenables. Aïcha grandit dans ce climat de violence, suivant l'éducation que lui prodiguent les Soeurs à Meknès, où elle fréquente des fillettes françaises issues de familles riches qui l'humilient. Selma, la soeur d'Amine, nourrit des rêves de liberté sans cesse brimés par les hommes qui l'entourent. Alors qu'Amine commence à récolter les fruits de son travail harassant, des émeutes éclatent, les plantations sont incendiées : le roman se clôt sur des scènes de violence inaugurant l'accès du pays à l'indépendance en 1956.

30 review for Le pays des autres

  1. 5 out of 5

    Lilgeekette

    Mouais, je suis restée sur ma faim en finissant ce livre. Je m’attendais à mieux, surtout après avoir lu chanson douce. L’histoire se passe à l’aube de l’indépendance du Maroc et suit un couple franco-marocain qui décide d’emménager à Meknès. La situation est décrite du point de vue de chaque personnage, avec une vue sur leur background et leur évolution. Le pays des autres mets en exergue comment les femmes survivent dans un pays d’hommes, fait par les hommes et pour les hommes. On observe aussi Mouais, je suis restée sur ma faim en finissant ce livre. Je m’attendais à mieux, surtout après avoir lu chanson douce. L’histoire se passe à l’aube de l’indépendance du Maroc et suit un couple franco-marocain qui décide d’emménager à Meknès. La situation est décrite du point de vue de chaque personnage, avec une vue sur leur background et leur évolution. Le pays des autres mets en exergue comment les femmes survivent dans un pays d’hommes, fait par les hommes et pour les hommes. On observe aussi comment elles vivent dans ce monde machiste sujet à moult tabous et silences, que ce soit la femme française ou marocaine. Mathilde est un personnage sensible mais tout au long du récit on se rend compte qu’elle est surtout un amalgame de stéréotypes et il est difficile de s’attacher à elle ou d’avoir de la compassion pour elle. La trame tarde à se développer et on reste sur notre faim car on ne comprends pas ou Leila Slimani veut en venir. La trilogie historique peine à captiver l’attention du lecteur et on est perdu a essayer de comprendre chaque personnage et à essayer de deviner qui est le protagoniste principal autour de qui l’histoire tourne. Néanmoins, il est indéniable que la description des lieux et de l’ambiance du pays est bien travaillée et démontre une certaine recherche et passion pour la société de cette époque. Le style d’écriture est fluide ce qui est agréable tout au long de la lecture car les changements de scènes ou de chapitres ne sont pas brusques. L’histoire manque cruellement d’originalité et fait place à des situations attendues ce qui rend la lecture ennuyante à souhait. Le récit manque de vie et de souffle, quel dommage pour un sujet si intéressant et écrit sur une période encore méconnue du grand public. C’est une tare que d’écrire un livre qui ne transmets pas l’idée de l’auteur ou le sujet à débattre qui est je pense ici le métissage et les enfants issus d’un mariage mixte. J’espère qu’elle se rattrapera dans le second et troisième ouvrage car là, le démarrage est plutôt raté. Lisez le sans grandes attentes mais plutôt par curiosité d’avoir une fenêtre sur une autre époque.

  2. 5 out of 5

    Bart Moeyaert

    In ‘Mathilde’, het eerste deel van de trilogie ‘Het land van de anderen’ focust Leïla Slimani op — jawel – Mathilde. Deze Française uit de Elzas wordt in 1944 smoorverliefd op de Marokkaanse soldaat Amine en trouwt met hem. Een paar jaar later verhuist ze met hem mee naar een dorpje op het Marokkaanse platteland. Het leven had ze zich daar anders voorgesteld. Amine, die in zijn thuisland in een norse man is veranderd, bepaalt de regels. ‘Zo gaat dat hier.’ Het huis is een hut die aanvoelt als een In ‘Mathilde’, het eerste deel van de trilogie ‘Het land van de anderen’ focust Leïla Slimani op — jawel – Mathilde. Deze Française uit de Elzas wordt in 1944 smoorverliefd op de Marokkaanse soldaat Amine en trouwt met hem. Een paar jaar later verhuist ze met hem mee naar een dorpje op het Marokkaanse platteland. Het leven had ze zich daar anders voorgesteld. Amine, die in zijn thuisland in een norse man is veranderd, bepaalt de regels. ‘Zo gaat dat hier.’ Het huis is een hut die aanvoelt als een gevangenis — want ook een geëmancipeerde vrouw hoort binnenshuis te werken. Als Française hoort Mathilde zich bovendien gedeisd te houden: zij komt immers uit het land van ‘de bezetter’. De hitte is hels, het werk is zwaar, de zorgen wegen, maar in haar brieven naar huis spiegelt ze haar familie voor dat ze gelukkig is. Ze zal de leugen niet eeuwig kunnen volhouden. De wereld is in beweging. Op het platteland is er eerst niet erg veel van de onafhankelijkheidsstrijd te merken, maar via een aantal personages begrijp je wat er in de jaren vijftig speelt. Amines moeder ziet Amines broer Omar veranderen in een overtuigde verzetsman. Amines zusje verlangt ernaar een moderne, zelfstandige vrouw te zijn. Aïcha, de dochter van Mathilde en Amine wordt op haar katholieke school gepest omdat ze Frans is, maar keert zich desondanks meer en meer tegen de Fransen. Door de titel, die niet de vertaling is van de oorspronkelijke titel, was ik enigszins verrast om de feiten niet alleen door de ogen van Mathilde te lezen. Die niet ingeloste verwachting beïnvloedde mijn leeservaring. Ik begreep niet waarom ik onaangekondigd Mathilde moest verlaten om het verhaal door de ogen van Aïscha te lezen, om daarna weer naar Mathilde of iemand anders over te gaan. Leïla Slimani kiest geen partij, niemand is goed of slecht. Je begrijpt de drijfveren van Mathilde en de mensen om haar heen, en hoe moeilijk het is om je dromen na te jagen met respect voor anderen. ‘Mathilde’ (oorspronkelijke titel ‘Le pays des autres (première partie: La guerre, la guerre, la guerre)’ is uit het Frans vertaald door Gertrud Maes.

  3. 4 out of 5

    Zuzulique

    Slimani ukázala v tejto knihe úplne inú polohu ako sme zvyknutí, no pre mňa oveľa zaujímavejšiu ako v predchádzajúcich knihách. Príbeh marocko-francúzskej rodiny, v ktorom sa pokúsila zachytiť históriu svojich starých rodičov ma chytil za srdce a poodhalil zasa kúsok sveta a života, ktorý nepoznám a môžem si ho iba vágne predstavovať. Najviac ma štve, že je to prvá časť trilógie a na druhú si budem musieť počkať do roku 2022.

  4. 5 out of 5

    Myra Schmitz

    Prachtig! Kijk nu al uit naar de volgende delen van deze trilogie

  5. 4 out of 5

    Karine Mon coin lecture

    Beaucoup aimé ce roman qui nous plonge au coeur du Maroc colonial... mais je ne savais pas qu'il y aurait une suite... du coup, je croyais qu'il me manquait des pages! Une vraie réflexion sur le métissage et sur le fait de trouver sa place! Beaucoup aimé ce roman qui nous plonge au coeur du Maroc colonial... mais je ne savais pas qu'il y aurait une suite... du coup, je croyais qu'il me manquait des pages! Une vraie réflexion sur le métissage et sur le fait de trouver sa place!

  6. 4 out of 5

    Binta Colson

    Wat een prachtig boek. Het eerste van een trilogie en ik kijk dan ook halsreikend uit naar de volgende delen. Mathilde is mijn eerste boek dat ik van deze auteur gelezen heb,maar zeker niet het laatste. Zéér mooie schrijfstijl.

  7. 4 out of 5

    Eliott Jacob

    J’aime tellement comment Slimani raconte ses personnages et écrit. Je suis curieux de voir développement de cette fresque.

  8. 4 out of 5

    Ali Martonova

    Leila Slimani nesklamala. Kniha Krajina iných je iná ako jej predchádzajúce knihy a spočiatku mi trvalo dlhšie než som sa dostala do deja a inej kultúry. Ale stálo to za to. Autorka má nesmierny rozprávačský talent, všetky opisy postáv, deja a miesta boli veľmi pútavé. Ľahkým a nenásilnym štýlom sa presúvame od jednej postavy k druhej a spoznávame ich život, minulosť a myšlienky. Ústredným motívom knihy je segregácia, život v inej kultúre a rozdielnej spoločnosti. Všetky postavy sú jedinečné, so Leila Slimani nesklamala. Kniha Krajina iných je iná ako jej predchádzajúce knihy a spočiatku mi trvalo dlhšie než som sa dostala do deja a inej kultúry. Ale stálo to za to. Autorka má nesmierny rozprávačský talent, všetky opisy postáv, deja a miesta boli veľmi pútavé. Ľahkým a nenásilnym štýlom sa presúvame od jednej postavy k druhej a spoznávame ich život, minulosť a myšlienky. Ústredným motívom knihy je segregácia, život v inej kultúre a rozdielnej spoločnosti. Všetky postavy sú jedinečné, so svojimi chybami a prednosťami. Pre mňa jediným negatívom je, že na ďalšiu časť musím čakať rok. Teším sa na ňu.

  9. 5 out of 5

    Kawtar Morchid

    le "déjà vu" est si fort que c'est incroyable. Histoire stéréotypée et ennuyeuse. le "déjà vu" est si fort que c'est incroyable. Histoire stéréotypée et ennuyeuse.

  10. 5 out of 5

    Stéphane Vande Ginste

    Gelezen in originele versie - Het prachtig vertelde verhaal van Mathilde die tijdens de oorlog verliefd wordt op de Marokkaanse Amine. Het koppel trouwt en gaat in Meknès wonen, in Marokko, waar Amine een ruige grond bewerkt. Het valt niet mee voor Mathilde om zich aan te passen aan deze nieuwe cultuur. In de naoorlogs periode is Marokko nog een Franse kolonie en vanaf de jaren '50 groeit de ontevredenheid van de autochtonen en begint het verzet dat zal aanzwellen tot de bloedige onafhankelijkhe Gelezen in originele versie - Het prachtig vertelde verhaal van Mathilde die tijdens de oorlog verliefd wordt op de Marokkaanse Amine. Het koppel trouwt en gaat in Meknès wonen, in Marokko, waar Amine een ruige grond bewerkt. Het valt niet mee voor Mathilde om zich aan te passen aan deze nieuwe cultuur. In de naoorlogs periode is Marokko nog een Franse kolonie en vanaf de jaren '50 groeit de ontevredenheid van de autochtonen en begint het verzet dat zal aanzwellen tot de bloedige onafhankelijkheidsoorlog. Zoals ook in haar roman "Chanson douce" is ook dit verhaal sterk autobiografisch (wat blijkt uit enkele interviews met de auteur). Het siert Slimani dat ze zo geboeid blijft in het verhaal en het leed van haar familie. Bovendien klaagt ze ook de discriminatie aan, vooral die van de vrouw. Mathilde en Amine proberen een "modern" koppel te zijn, maar dat wil maar niet lukken: ieder blijft zijn eigen cultuur naleven. De auteur verwoordt dat mooi in het verhaal waar Amine bij wijze van spel een kruisbestuiving doet van een sinaasappelboom met een citroenboom (hij noemt het fruit ervan een "citrange": p. 358: "... il songea que les fruits du citrange étaient immangeables. Leur pulpe était sèche et leur goût si amer que cela faisait monter des larmes aux yeux. Il pensa qu'il en allait du monde des homme comme de la botanique. A la fin, une espèce prenait le pas sur l'autre et un jour l'orange aurait raison du citron ou l'inverse et l'arbre redonnerait enfin des fruits commestibles." Dit is eigenlijk de kerngedachte van de roman: hoe Mathilde en Amine ook proberen met elkaar toenadering te zoeken, ze blijven in hun eigen wereld hangen. (zie ook de twee citaten in het begin van de roman!). Slimani schrijft overigens met een vlotte, aangename pen. Ze kan prachtig vertellen, het verhaal blijft steeds boeien en ook literair is dit hoog niveau. Deze roman is het eerste van een trilogie. Ik kijk alvast uit naar het tweede boek!

  11. 4 out of 5

    Dominique

    Après la Liberation Mathilde la Française suit son mari marocain dans sa ferme au Maroc. Une histoire de déracinement, d'amour gâché, de métissages mal vécus dans la période qui mène à l'indépendance. Écriture magnifique de Slimani. Description de l'emprise coloniale, et des prémisses de la violence à venir. Après la Liberation Mathilde la Française suit son mari marocain dans sa ferme au Maroc. Une histoire de déracinement, d'amour gâché, de métissages mal vécus dans la période qui mène à l'indépendance. Écriture magnifique de Slimani. Description de l'emprise coloniale, et des prémisses de la violence à venir.

  12. 5 out of 5

    Cécile

    J’ai hésité entre 3 et 4. Le roman nous fait découvrir le Maroc des années 50, une époque que je connaissais peu. J’ai aimé cette façon de dresser le portrait de cette société à travers différentes trames de vie et personnages originaux. Cependant, les bribes de vie sont intéressantes mais le roman manque un peu d’une trame narrative qui accroche. Les personnages sont aussi intéressants mais j’ai trouvé que leur description manquait parfois de cohérence, et qu’ils tombaient un peu trop dans les c J’ai hésité entre 3 et 4. Le roman nous fait découvrir le Maroc des années 50, une époque que je connaissais peu. J’ai aimé cette façon de dresser le portrait de cette société à travers différentes trames de vie et personnages originaux. Cependant, les bribes de vie sont intéressantes mais le roman manque un peu d’une trame narrative qui accroche. Les personnages sont aussi intéressants mais j’ai trouvé que leur description manquait parfois de cohérence, et qu’ils tombaient un peu trop dans les clichés par moments. Je ne suis jamais vraiment rentrée dans le récit, et n’ai pas eu ce besoin de continuer à lire qu’on ressent pour les très bons romans.

  13. 4 out of 5

    Carlo Hublet

    Joli, bien écrit, beaucoup de sensibilité dans ce récit d'une difficile et douloureuse transplantation de culture. Mais j'avoue m'être un peu ennuyé, un peu longuet et répétitif. Joli, bien écrit, beaucoup de sensibilité dans ce récit d'une difficile et douloureuse transplantation de culture. Mais j'avoue m'être un peu ennuyé, un peu longuet et répétitif.

  14. 5 out of 5

    Master Edition Strasbourg

    L'Autrice, récompensée du Goncourt en 2016 pour Chanson Douce, et journaliste, Leila Slimani, revient avec un nouveau roman, Le pays des autres, aux éditions Gallimard. S'étalant de la fin de la seconde guerre mondiale à l'indépendance du Maroc sur le préfectorat de Lyautat en 1956, des personnages, tous sauf manichéen, sont ici brossés par un portrait fin. Il y a surtout Mathilde, cette jeune alsacienne, mariée à un Spahi marocain, Amine, avec lequel elle part s'installer dans une ferme, au mil L'Autrice, récompensée du Goncourt en 2016 pour Chanson Douce, et journaliste, Leila Slimani, revient avec un nouveau roman, Le pays des autres, aux éditions Gallimard. S'étalant de la fin de la seconde guerre mondiale à l'indépendance du Maroc sur le préfectorat de Lyautat en 1956, des personnages, tous sauf manichéen, sont ici brossés par un portrait fin. Il y a surtout Mathilde, cette jeune alsacienne, mariée à un Spahi marocain, Amine, avec lequel elle part s'installer dans une ferme, au milieu des terres arides du Maghreb; et il y a leur fille, Aïcha. Au moyen d'une plume, qu'elle sait faire cinglante et vive quand il s'agit de dénoncer, et poétique quand il s'agit de décrire ce monde arabe vibrant et coloré, à une période clé de son histoire contemporaine, Leila Slimani propose un roman fresque sur le déracinement, le métissage; sur l'émancipation d'un sexe mais aussi d'un pays tout entier, prouvant ainsi qu'elle est aujourd'hui une voix féminine qui compte par son engagement, qui dépasse bien au-delà la sphère de la littérature.

  15. 5 out of 5

    Katrien Van Wambeke

    Had er precies meer van verwacht. Vond ‘een zachte hand’ net iets beter. Leest wel vlot weg maar de personages konden me niet echt boeien. Snapte ook niet goed waarom Aïcha een prominentere rol kreeg...

  16. 5 out of 5

    Marleen Janssens

    Het eerste boek van een trilogie. We leren Mathilde en haar man Amine kennen, met daarbij vooral ook al het dochtertje Aïcha, een heel speciaal kind - als je het mij vraagt. De periode beslaat 10 jaar: van net na WOII, waarin ook soldaten uit kolonies en protectoraten met de geallieerden meevochten, tot 1955, waarin de onlusten in Marokko en de roep om onafhankelijkheid steeds groter werden. We krijgen een genuanceerd portret van de problemen waarmee een paar uit verschillende culturen te kampen Het eerste boek van een trilogie. We leren Mathilde en haar man Amine kennen, met daarbij vooral ook al het dochtertje Aïcha, een heel speciaal kind - als je het mij vraagt. De periode beslaat 10 jaar: van net na WOII, waarin ook soldaten uit kolonies en protectoraten met de geallieerden meevochten, tot 1955, waarin de onlusten in Marokko en de roep om onafhankelijkheid steeds groter werden. We krijgen een genuanceerd portret van de problemen waarmee een paar uit verschillende culturen te kampen krijgt. Soms is het wel even slikken. Ik kijk al uit naar het vervolg!

  17. 4 out of 5

    Sandra

    Autant le rythme au départ était intéressant : j’aimais les aventures de Mathilde au Maroc, son mari... mais au final c’est lent, indigeste, triste et même parfois assez lourd.

  18. 5 out of 5

    Sandrine

    Un peu déçue par ce romain fleuve, trop de personnages, des histoires qui commencent et n aboutissent pas vraiment. L Slimani est a son sommet quand elle decrit des scenes de violence - le style efficace et clinique fonctionne, le reste du temps, cela manque d’emotion.

  19. 4 out of 5

    Granny Sebestyen

    " Le pays des autres " de Leïla Slimani (366p) Ed. Gallimard. Bonjour les fous de lectures.... C'est avec un grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de Leïla Slimani déjà consacrée par le Goncourt 2016 pour " Chanson douce" Cette histoire se déroule au Maroc et sur une période de 10 ans. A la fin de la guerre, Madeleine, une jeune alsacienne, s'est éprise d'un soldat marocain venu combattre pour la France. C'est le coup de foudre et la jeune fille n'hésite pas à tout quitter pour suivre son amoureux " Le pays des autres " de Leïla Slimani (366p) Ed. Gallimard. Bonjour les fous de lectures.... C'est avec un grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de Leïla Slimani déjà consacrée par le Goncourt 2016 pour " Chanson douce" Cette histoire se déroule au Maroc et sur une période de 10 ans. A la fin de la guerre, Madeleine, une jeune alsacienne, s'est éprise d'un soldat marocain venu combattre pour la France. C'est le coup de foudre et la jeune fille n'hésite pas à tout quitter pour suivre son amoureux qui rentre au pays pour se consacrer à l'exploitation des terres familiales. De cette union naitrons deux enfants, peu de joies, beaucoup de déceptions et de remises en question. Leïla Slimani nous raconte, sur fond historique, les difficultés d'adaptation de cette jeune française dans ce pays inconnu où la condition féminine est bien peu de chose. Mais sont également soulevés la difficulté ressentie par les couples mixtes pour s'intégrer dans la société de l'époque noyée par l'obscurantisme. A cela s'ajoute en toile de fond la montée du nationalisme. le ton monte vis-à-vis des colons, la lutte pour l'indépendance se profile. Ecriture addictive, fluide et toute en nuance. On apprécie le rythme soutenu et les jolies images dupays des autres Bref un roman réaliste comme on les aime. Un bon moment de lecture et une autrice qui n'arrête pas de nous surprendre. Leïla Slimani s'est inspirée de la propre histoire de sa grand-mère pour écrire ce roman qui est le premier volet d'une trilogie.

  20. 4 out of 5

    Thomas Voss

    Alles zal beter worden – de wapens zijn in elk geval tijdelijk opgeborgen, de Tweede Wereldoorlog is voorbij en de 20-jarige Mathilde reist naar Rabat, waar Amine op haar wacht. Zij: een ambitieuze Française die een avontuurlijk leven tegemoet wil gaan, hij: een knappe Marokkaanse soldaat die in Frankrijk heeft gediend. Vlak na de oorlog zijn ze al getrouwd, en nu storten ze zich op elkaars lichaam in een hotel te Rabat, hun gezamenlijke bestaan gaat beginnen. Al voelt Mathilde al aan ‘dat ze ee Alles zal beter worden – de wapens zijn in elk geval tijdelijk opgeborgen, de Tweede Wereldoorlog is voorbij en de 20-jarige Mathilde reist naar Rabat, waar Amine op haar wacht. Zij: een ambitieuze Française die een avontuurlijk leven tegemoet wil gaan, hij: een knappe Marokkaanse soldaat die in Frankrijk heeft gediend. Vlak na de oorlog zijn ze al getrouwd, en nu storten ze zich op elkaars lichaam in een hotel te Rabat, hun gezamenlijke bestaan gaat beginnen. Al voelt Mathilde al aan ‘dat ze een vreemdeling was, een vrouw, een echtgenote, een wezen dat was overgeleverd aan de willekeur van anderen’. Natuurlijk pakken de dingen hierna anders uit dan ze hoopt, natuurlijk ontstaat er frictie. Mathilde kwijnt in de jaren die volgen steeds meer weg, Amine raakt gefrustreerd, slaat en schreeuwt en richt op een dag zowaar een pistool op Mathilde en hun kinderen. Maar de roman Mathilde draait niet hoofdzakelijk om de vraag hoe alles zo uit de hand heeft kunnen lopen, Leïla Slimani schrijft te goed en geraffineerd om haar hele verhaal rondom één climax op te bouwen. Mathilde gaat over de vraag hoe mensen die allemaal goed willen doen toch zo langs elkaar heen kunnen leven, en hoe te midden van dit alles het moderne Marokko in die naoorlogse periode vorm krijgt. Hoewel haar debuutroman In de tuin van het beest pas zes jaar geleden verscheen, is Leïla Slimani (Rabat, 1981) al uitgegroeid tot een van de belangrijkste Franstalige auteurs van dit moment. Ze won de Prix Goncourt, schreef behalve de knappe tweede roman De perfecte oppas ook een essaybundel over de verknipte seksuele moraal in Marokko, werkt al jaren samen met Macron en durft hem intussen ook fel te bekritiseren in opiniestukken. Slimani is, kortom, het soort auteur waar er moeilijk genoeg van kunnen zijn: uitgesproken, geëngageerd, en voelbaar overtuigd van het belang van literatuur. Fictie is bij Slimani nooit een middel om maatschappelijke meningen expliciet uit te dragen of om zichzelf de publieke ruimte in te katapulteren: haar romans zijn gevarieerd en doordacht, ze gaan voorbij de ronkende krantenkop en steeds beschrijft ze weer nieuwe personages, nieuwe werelden. Mathilde, dat Slimani baseerde op haar eigen grootouders, betekent een stijlbreuk ten opzichte van haar eerdere fictie. Waar ze zich in haar compacte vorige fictie toespitste op één hoofdpersonage, en diens gedachtewereld in een effectief sobere stijl tot leven riep, staat ze het zichzelf in deze ambitieuze roman toe meer uit te waaieren. De toonzetting is weliswaar nog steeds helder, zonder wijdlopige of lyrische terzijdes, zonder grootse registerwisselingen – maar Mathilde is een meerstemmig, breed opgezet verhaal geworden, dat al met al een klein decennium bestrijkt. Het zwaartepunt ligt bij dat stugge huwelijk tussen Mathilde en Amine, waarbij Mathilde gelukkig niet wordt geportretteerd als willoos slachtoffer. Ze is iemand met een duidelijke wil, ze is opstandig en mondig, ze heeft eigen (seksuele) verlangens. Amine, op zijn beurt, is niet zomaar een agressieve eenling, hij is zorgzaam en toegewijd, hij wil zijn gezin voeden van de grond die zijn vader hem naliet. Slimani volgt beide personages, en schakelt soms abrupt over op de perspectieven van andere familieleden. We kijken een tijdje mee met de scènes en gedachtes van dochter Aïcha, die zich ondanks haar opspelende schaamte ook niet klakkeloos schikt in de rol die haar wordt opgelegd. Vervolgens zoomt Slimani, alsof ze een camera hanteert die ze steeds op een nieuw gezicht richt, kortstondig in op Amine’s moeder, op zijn zus, daarna weer op zijn echtgenote en hun gezinsleven. De kracht van die aanpak: Mathilde vertelt een verhaal dat verder reikt dan een individueel lotgeval. Het draait hier niet alleen om Mathilde zelf, maar ook om de sociale context waarin zij belandt nadat ze naar Marokko is verhuisd. Slimani omzeilt nadrukkelijke symboliek of essayistische uitweidingen, en desondanks gaat deze roman duidelijk ook over de naoorlogse Marokkaanse maatschappij. Hoe ontwrichtend en gewelddadig die periode voor velen is, hoe de ene generatie de volgende beïnvloedt, hoe Marokko zich loskoppelt van de Franse greep. Boeiende, complexe materie die Slimani sterk tot leven roept via concrete scènes. Amine die alweer in het donker opstaat om zich tegen beter weten in op zijn land te storten (‘hij vervloekt elke are van die onvruchtbare grond’), Aïcha die haar klasgenoten wegjaagt omdat ze onbedoeld een slang van het land in haar tas heeft meegenomen, Amine die tekeergaat tegen een fotograaf omdat die zijn verliefde zus heeft vastgelegd. Er vallen veel van zulke beklijvende momenten uit te lichten, Slimani schrijft tot aan het einde overtuigend en toonvast. En toch nam ze me in deze roman niet volledig mee. Wel het verhaal in, maar de losse personages komen maar half tot leven. Misschien doordat alles zo soepel is opgetekend dat alle ontwrichting niet helemaal voelbaar wordt – Slimani schrijft zonder een glimp van twijfel, ze tast nergens af, iedere wending in het verhaal lijkt uitgedacht en wordt in een keurig geboetseerde anekdote gegoten. Misschien zetten die perspectiefwisselingen, hoe toepasselijk ook, me uiteindelijk toch op afstand: doordat Slimani als een alwetende verteller boven de scènes zweeft, deelt ze ieders emoties en conflicten vooral mede. Het kan natuurlijk ook dat de persoonlijkst, heftigste gevoelens nog zullen volgen. Want hoe doelgericht alles ook geschreven is, Mathilde eindigt niet met een afrondende punt. Deze roman is het eerste deel van de trilogie Het land van de anderen. In de komende twee delen zal Slimani steeds meer richting deze tijd schrijven, haar eigen leven, hoewel toont Mathilde al aantoont dat heden en verleden onmogelijk helemaal te scheiden zijn, en juist permanent op elkaar doorwerken.

  21. 4 out of 5

    Joanna

    Slimani nous embarque au Maroc dans son dernier livre, à la sortie de la seconde guerre mondiale. Mathilde est alsacienne et mariée à Amine, soldat marocain. Tout le roman raconte l'installation du couple, puis le quotidien de la famille sur fond d'indépendance du pays. Malgré des personnages attachants et intéressants et un style d'écriture toujours aussi plaisant, je termine ce livre sur ma faim. En effet avec tant de possibilités narratives et de thèmes abordés, la vie à la ferme racontée man Slimani nous embarque au Maroc dans son dernier livre, à la sortie de la seconde guerre mondiale. Mathilde est alsacienne et mariée à Amine, soldat marocain. Tout le roman raconte l'installation du couple, puis le quotidien de la famille sur fond d'indépendance du pays. Malgré des personnages attachants et intéressants et un style d'écriture toujours aussi plaisant, je termine ce livre sur ma faim. En effet avec tant de possibilités narratives et de thèmes abordés, la vie à la ferme racontée manque de coup d'éclat. En espérant que les deux prochains tomes de cette trilogie accélèrent le rythme de ce pourtant prometteur Pays des autres...

  22. 4 out of 5

    Valerie

    Un mélange de culture qui fait des personnages dont Mathilde, un amalgame entre stéréotypes (blanche mariée au maghrébin, partie vivre au village) et force de charactere (fallait quand même le faire!). Pas facile d’être une femme au Maroc. Ambiguïté d’être soi et de s’adapter à une culture ou les hommes ne voient pas l’épanouissement des femmes autrement qu’au sein de leur famille. Tres bien écrit et se déroulant à une époque charnière marquant les débuts du changement des mentalités des pays médi Un mélange de culture qui fait des personnages dont Mathilde, un amalgame entre stéréotypes (blanche mariée au maghrébin, partie vivre au village) et force de charactere (fallait quand même le faire!). Pas facile d’être une femme au Maroc. Ambiguïté d’être soi et de s’adapter à une culture ou les hommes ne voient pas l’épanouissement des femmes autrement qu’au sein de leur famille. Tres bien écrit et se déroulant à une époque charnière marquant les débuts du changement des mentalités des pays méditerranéens.

  23. 5 out of 5

    Braekeveldt

    3 or 4 stars? It should be 3 but at the same time I know I will recall for a long time the life of a mixed couple in Morocco beginning 1950 when they are building out a farm in an environment that becomes more and more anti- French. Actually it is a social novel describing well society in turmoil at that moment. So 4.

  24. 4 out of 5

    Berg Amira

    une belle histoire dans laquelle on plonge dès les premières pages, de style simple et accessible; Leila Slimani nous raconte l'histoire d'une française qui a laissé l'est de la France pour son grand amour qui vit a Meknes dans le cadre du Maroc des années cinquante. J'ai reconnu les paysages, le décor, la mentalité, les rêves et les attentes des personnages, je me dis qu'en dépit de tous, nos us, mœurs et cultures sont les mêmes. Très belle découverte. Note : 7/10 une belle histoire dans laquelle on plonge dès les premières pages, de style simple et accessible; Leila Slimani nous raconte l'histoire d'une française qui a laissé l'est de la France pour son grand amour qui vit a Meknes dans le cadre du Maroc des années cinquante. J'ai reconnu les paysages, le décor, la mentalité, les rêves et les attentes des personnages, je me dis qu'en dépit de tous, nos us, mœurs et cultures sont les mêmes. Très belle découverte. Note : 7/10

  25. 5 out of 5

    Anne Le Rolland

    Tout pour être le premier tome d‘une fascinante saga! Des personnages complexes sur fond de paysages marocains à l‘aube de l‘indépendance. J‘attends la suite avec impatience!

  26. 4 out of 5

    Ines

    tout un univers différent de chanson douce et surtout c'est la fin qui est surprenante bravo tout un univers différent de chanson douce et surtout c'est la fin qui est surprenante bravo

  27. 5 out of 5

    Elisa

    Assez différent de ces derniers, l’écriture est beaucoup plus déliée, et on a moins ce sentiment de captivation et cette envie de lire tout d’une traite comme avec chanson douce ou dans le jardin de l’ogre. Leila Slimani nous raconte l’histoire de Mathilde une jeune française, qui tombe amoureuse d’un marocain Amine, et part au Maroc vivre avec lui. Est peint le quotidien de leur travail acharné à la ferme, de leur couple, leur famille et celle de la situation des femmes, de Mathilde une femme f Assez différent de ces derniers, l’écriture est beaucoup plus déliée, et on a moins ce sentiment de captivation et cette envie de lire tout d’une traite comme avec chanson douce ou dans le jardin de l’ogre. Leila Slimani nous raconte l’histoire de Mathilde une jeune française, qui tombe amoureuse d’un marocain Amine, et part au Maroc vivre avec lui. Est peint le quotidien de leur travail acharné à la ferme, de leur couple, leur famille et celle de la situation des femmes, de Mathilde une femme française, dans le Maroc des années 50. Un très beau livre.

  28. 5 out of 5

    itzili

    This review has been hidden because it contains spoilers. To view it, click here. Le pays des autres a lieu entre la libération de l’Alsace et l'indépendance du Maroc et suit principalement Mathilde, une jeune alsacienne, et son mari Amine, un homme Marocain qui avait lutté dans l’armée française pendant la Deuxième Guerre mondiale. La plupart de l’histoire se déroule à Meknès, une ville de colons, dans laquelle on peut observer la discrimination et la ségrégation qui existait mais aussi la différence de pensée entre ces deux cultures. L’histoire se déroule autour de ce couple Le pays des autres a lieu entre la libération de l’Alsace et l'indépendance du Maroc et suit principalement Mathilde, une jeune alsacienne, et son mari Amine, un homme Marocain qui avait lutté dans l’armée française pendant la Deuxième Guerre mondiale. La plupart de l’histoire se déroule à Meknès, une ville de colons, dans laquelle on peut observer la discrimination et la ségrégation qui existait mais aussi la différence de pensée entre ces deux cultures. L’histoire se déroule autour de ce couple et nous rapproche de la culture Marocain et du choc culturel de Mathilde en arrivant dans un pays où elle ne connaît personne, la religion est différente et les hommes on tout le pouvoir. Même, elle est jugé par les Français pour s’avoir épousé avec un Musulman en faisant qu’elle n’ait aucune opportunité de faire partie de la communauté française. D’autre coté, Amine est aperçue comme traître car il avait aidé les Françaises pendant la Guerre et pire encore, il avait épousé une chrétienne française. Ces faits vont aussi toucher la vie de sa fille Aïcha, qui souffre de l'harcèlement en partie à cause de ses origines. Ainsi, la famille de Mathilde ne s'intègre pas du tout à Meknès et au moment que le mouvement d’indépendance éclate, leurs vies seront menacés grâce à leurs excentricités. À mon avis, je n’aime pa du tout le livre, la première partie a attiré mon attention parce les descriptions de la nouvelle vie de Mathilde au Maroc me semblaient très intéressantes. Moi, je ne connaissais pas grand-chose au sujet de la libération et de l'occupation française au Maroc et ces premiers chapitres m’ont motivé à m’informer. J’avais l'espoir qu'il allait y avoir un vrai changement dans la famille pour le mieux, mais pas du tout, tous les histoires des personnages m’ont déçu et l’émotion que j’ai ressenti au début a été perdue vers la fin. Au début Mathilde se montre naïve mais avec des idées d’égalité et un pensée libre, elle veut un amour romantique et passionné, hélas, rien ne marche comme elle veut et à la fin elle accepte un destin de femme soumise. J’aurais voulu qu’elle ait le courage de quitter si elle n’était pas heureuse bien que personne ne la soutienne. Je comprends que dans le moment historique où l'histoire se déroule, les femmes n’avaient pas beaucoup de pouvoir, si Mathilde aurait été un peu plus forte et sûr, et si elle aurait défendue sa fille, à Selma ou à elle même dans certains points clés dans l’histoire peut-être que je n'aurais pas eu un mauvais goût dans la bouche. En outre, Amine est un personnage très bizarre. On sait que quand il était en Alsace, il se montrait amoureux avec Mathilde, mais quand ils sont au Maroc, il change complètement et il est obsédé avec le travail. Aussi dans quelques paragraphs il parle de vouloir une femme musulmane au lieu d’une française qui ne comprend rien de son culture, parfois il semble qu’il a une rancune contre Mathilde mais dans le prochaine chapitre il l’aime beaucoup et fait des folies pour elle. Donc c’est difficile de déterminer si il vraiment aime Mathilde ou s’il la déteste et pour lui elle n’est qu’un prix de guerre. Enfin, l’indépendance du Maroc est un événement qui s’utilise pour minimiser les conflits internes de la famille, comme j’ai déjà décrit, à Meknès ils se distinguent pour être excentrique. Mathilde est en danger car elle est française et Amine car il a lutté pour la France, en rendant leurs enfants et leurs proches en victimes potentielles de la guerre. En plus, leur comportement fêtant quelques journées chrétiennes chez eux, les fait sembler comme traîtres aux yeux du peuple. Alors on peut dire que l’éclat de l’indépendance fait que la famille se rapproche face à une menace extérieure plus grande.

  29. 4 out of 5

    Jane Whale

    𝓛𝓮 𝓟𝓪𝔂𝓼 𝓓𝓮𝓼 𝓐𝓾𝓽𝓻𝓮𝓼 -𝓛𝓮𝓲𝓵𝓪 𝓢𝓵𝓲𝓶𝓪𝓷𝓲 . Je crois qu'il va être très compliqué de poser un avis tranché sur ce roman, qui est le premier tome de la trilogie 𝓛𝓮 𝓟𝓪𝔂𝓼 𝓓𝓮𝓼 𝓐𝓾𝓽𝓻𝓮𝓼 de Leila Slimani. . L'autrice écrit l'histoire de Mathilde, une jeune femme alsacienne qui au sortir de la seconde guerre mondiale, épouse Amine, un soldat qu'elle suit au Maroc, où ils projettent de vivre dans une ferme et d'en faire une grande exploitation agricole. Au début du récit, les personnages ont l'air séduisants, beaux 𝓛𝓮 𝓟𝓪𝔂𝓼 𝓓𝓮𝓼 𝓐𝓾𝓽𝓻𝓮𝓼 -𝓛𝓮𝓲𝓵𝓪 𝓢𝓵𝓲𝓶𝓪𝓷𝓲 . Je crois qu'il va être très compliqué de poser un avis tranché sur ce roman, qui est le premier tome de la trilogie 𝓛𝓮 𝓟𝓪𝔂𝓼 𝓓𝓮𝓼 𝓐𝓾𝓽𝓻𝓮𝓼 de Leila Slimani. . L'autrice écrit l'histoire de Mathilde, une jeune femme alsacienne qui au sortir de la seconde guerre mondiale, épouse Amine, un soldat qu'elle suit au Maroc, où ils projettent de vivre dans une ferme et d'en faire une grande exploitation agricole. Au début du récit, les personnages ont l'air séduisants, beaux et remplis de qualités. Néanmoins, cette première impression ne couvre que les premières pages... Très vite, leurs qualités physiques et morales disparaissent sous leurs défauts et la soumission qu'ils vouent à une société qui en plus d'être ultra patriarcale, est divisée par les tensions et les violences entre les colons français et les nationalistes marocains qui finiront par aboutir à la fin de l'ancien protectorat en 1956. Tous les personnages de ce roman sont victimes de cette société qu'ils subissent et contre laquelle ils semblent à peine se rebeller. Tandis que les hommes vouent leur vie au travail et à la guerre, les femmes se résigent très rapidement à la soumission que leur imposent les hommes, avec toute l'horreur que cela implique (violences morales, physiques, sexuelles, dépendance financière, etc.). Les personnages deviennent vite extrêmement aigris par les déceptions qu'ils subissent, et j'ai eu la sensation de percevoir de plus en plus la méchanceté qu'ils dégageaient au fur et à mesure que je lisais le roman. Même les enfants du couple n'ont pas la candeur et la beauté caractéristique de leur âge : à peine nés, ils semblent corrompus par la haine des autres et l'endoctrinement religieux, perdus entre la culture des colons et la culture marocaine, entre les « bons » et les « méchants.» . Évidemment c'est le style de Leila Slimani qui met en relief l'horreur vécue et ancrée dans les personnages. Son style est tranchant, terrible et lorsqu'elle décrit une chose qui nous paraîtrait belle ou ordinaire, elle met toujours le doigt sur un défaut qui détruit toutes les images agréables que l'on s'est mit en tête quelques secondes auparavant. Comme dans Chanson Douce (Goncourt 2016), les phrases sont courtes, les descriptions très brèves, ce qui donne un rythme très soutenu au récit qui nous horripile et nous met les nerfs à vif. . L'histoire, quant à elle, semble passer au second plan : il n'y a pas de "véritable" intrigue, pas de gros fil conducteur, mais ce sont les personnages qui font le roman ; ils évoluent sous nos yeux impuissants tandis que les nationalistes Marocains se multiplient jusqu'à l'explosion de violence qui finira par libérer le pays. . En définitive, je ne pourrais pas dire si j'ai aimé ou non le premier tome du Pays des Autres. J'ai surtout été fascinée par la capacité de Leila Slimani à mettre mal à l'aise ses lecteurs : comme je l'ai dit plus haut, ce roman m'a mise tellement mal à l'aise que je n'arrivais pas à lire plus de 50 pages par jour et pourtant, une fois refermé, je n'arrêtais pas de penser aux personnages, comme si j'étais obsédée par leur histoire et leur destin. Je ne sais donc pas si j'ai aimé le roman ou non, mais à mon avis, il est excellent. (la note que j'ai mise n'est pas à prendre en compte, j'étais juste obligée d'en mettre une)

  30. 4 out of 5

    Aarón Salas

    Le livre s'agit de Mathilde, une Française qui s’est mariée avec Amine, un Marocain musulman et ex soldat qui a lutté pour la France contre les Allemands. On peut voir la discrimination envers les Indigènes et la raison de l'indépendance. Mathilde et Amine se sont mariés en France, plus particulièrement en Alsace. Après un appel ils sont allés au Maroc parce qu’ Amine devait reprendre la ferme qu’il a hérité de son père. Il a commencé à construire sa vie avec sa femme et ses enfants. De plus en p Le livre s'agit de Mathilde, une Française qui s’est mariée avec Amine, un Marocain musulman et ex soldat qui a lutté pour la France contre les Allemands. On peut voir la discrimination envers les Indigènes et la raison de l'indépendance. Mathilde et Amine se sont mariés en France, plus particulièrement en Alsace. Après un appel ils sont allés au Maroc parce qu’ Amine devait reprendre la ferme qu’il a hérité de son père. Il a commencé à construire sa vie avec sa femme et ses enfants. De plus en plus il travaillait beaucoup par exemple en plantant ses fruits. Mathilde avait des difficultés à s'adapter à sa nouvelle vie en essayant de parler arabe. Egalement elle endurait la discrimination de la part de la famille d'Amine seulement car elle était française. Moulala, la mère d'Amine n'aimait pas la femme de son fils et Mathilde n’aimait pas l’idée de vivre ensemble chez elle. Selma, la soeur d'Amine était une fille très rebelle, elle n’aimait pas suivre les règles, et ne s'habillait pas comme les autres filles de son âge. Elle devenait de plus en plus belle et son frère Omar la surprotégeait. On peut voir le changement d’Amine avec Mathilde, il devenait de plus en plus sec et agressif. Lorsqu’il a trouvé une photo de Selma avec un Francais dans la vitrine d’un magasin alors il a battu Mathilde et Selma. Omar était très nationaliste, il détestait la France ainsi que son frère pour avoir lutté pour la France et s’être marié avec une française. Il s’est allié avec un groupe d’opposition pour obtenir l'indépendance du Maroc. Selma est un personnage très rebelle j'aime bien sa personnalité car elle n'est pas une fille normal comme les autres. Peut-être que si elle était née en France elle pourrait faire toutes les choses qu'elle souhaite parce que la plupart de ses souhaits étaient interdits par la religion. Je crois qu’elle s’est senti très triste quand elle a été forcée de se marier avec l’ami d’Amine. Un autre personnage intéressant était Amine, c’était un homme très amoureux de sa femme mais il a complètement changé quand il est arrivé au Maroc chez sa mère. Il est devenu très sec et indifférent avec Mathilde. Le plus étonnant est qu’il était un musulman qui ne suivait pas les règles parce qu’il y avait un moment où il a bu de la bière et a mangé du porc, il a aussi célébré Noël avec sa fille Aicha. Il est finalement devenu plus religieux avec l'islam et malheureusement il a finit par maltraiter Mathilde. Je crois que ce livre nous montre la réalité comme la discrimination envers les Marocains par les français après la guerre, la violence domestique et le machisme qu'on vit dans le monde de l'islam. On peut remarquer beaucoup de choses qu'on pense qu'elles ne sont simplement que des stéréotypes mais peut être qu’elles sont réelles.

Add a review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading...
We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.